Navigation
S'inscrire à notre Newsletter
* = Champ requis

Propulsé par MailChimp!

Né de la fusion de Valeurs et Enjeux et du Rassemblement Pour Monaco sous l’impulsion de Laurent Nouvion à la veille des élections nationales 2008, RASSEMBLEMENT & ENJEUX est aujourd’hui la principale force politique de Monaco riche de près de 400 adhérents, tous soucieux de la préservation du modèle institutionnel monégasque.

Représenté par Laurent Nouvion, Marc Burini et Christoph Steiner lors de la mandature 2008-2013 du Conseil National de Monaco, RASSEMBLEMENT & ENJEUX, qui avait obtenu près de 40% des suffrages, s’est démarqué du paysage politique monégasque en présentant une force d’opposition constructive et éclairée, animée par le soucis permanant de ramener le budget de l’état à l’équilibre et d’assoir le développement économique de la Principauté dans le strict respect de la priorité nationale d’emploi, d’entreprise et de logement des monégasques dans leur pays.

Soucieux de rassembler les forces qui composent la société civile monégasque, RASSEMBLEMENT & ENJEUX a continuellement associé à ses réflexions les composantes politiques, et élus indépendants animés par ses valeurs fondatrices. Dans un contexte économique international de crise et face à une majorité alors affaiblie, désorientée et divisée, encline à des dérives européistes massivement rejetées par la communauté monégasque, RASSEMBLEMENT & ENJEUX a tout naturellement porté l’idée d’une Union Nationale des composantes et hommes politiques monégasques soucieux de la préservation des spécificités et particularismes qui ont assurés le formidable essor économique de la Principauté.

Cette Union Nationale incarnée depuis par la majorité HORIZON MONACO au Conseil National issue des élections de février 2013 ne cesse de mettre en œuvre un ambitieux projet politique validé par le suffrage de près de XX% des monégasques. Ce pacte majoritaire initié par notre mouvement au coté de ses partenaires de la majorité anime les travaux législatifs du Conseil National depuis février 2013 ; mettant en avant l’intérêt supérieur du Pays et des monégasques, sa mise en œuvre exige un dialogue permanent et ferme des acteurs institutionnels dans la stricte logique de l’accord des volontés du Gouvernement Princier et de la Haute Assemblée voulu par la Constitution monégasque de 1962.